Archives de catégorie : Sortie falaise adultes

Sortie GV au Cap Canaille : la dernière et la plus dure !!!

Hier, nous étions au Cap Canaille, entre la Ciotat et Cassis, pour la cinquième et dernière sortie de l’année pour les participants du cycle grandes voies. Le Cap Canaille, c’est la plus haute falaise maritime de France, excusez du peu !

Depuis un bon moment, Camille me demandait s’il était possible d’aller faire Bienvenue chez Damoclès, une voie un poil dure pour son niveau et celui de son partenaire de cordée Gautier. Mais dans ce secteur de la falaise, les voies sont assez dures en moyenne, souvent soutenues dans le 5c/6a, il fallait donc un peu d’entraînement. Mais il faut bien franchir les étapes alors après la dernière sortie, j’avais sondé un peu, hésité, puis je m’étais dit qu’il fallait bien mettre mes grimpeurs au pied du mur ! Certains ont un peu pali quand ils ont vu la liste des voies que je leur proposais mais à force de discussion et de persuasion, tout le monde est parti déterminé ! Petit coup de bol, Yannick, qui devait faire une sortie avec le groupe compet qui a été annulée pour cause d’entraînement départemental à Valence, a eu l’occasion de se joindre à nous, et ça a bien facilité les choses !

Le rendez-vous à 7h30 à Cagnes pique un peu pour un dimanche mais il faut ce qu’il faut alors en voiture Simone. Ils étaient 13 inscrits mais Djé n’étant pas bien, il a préféré rester au lit. Deux heures et deux flashs plus tard, nous voilà au parking du secteur, pris d’assaut par des groupes de randonneurs. On distribue le matos, on fignole l’organisation des cordées lorsque Brice se rend compte qu’il a oublié son baudrier ! Fatalité, pour une fois, je n’en ai pas pris en rab… On ne peut rien y faire, il ira se promener en nous attendant.

Le reste du groupe attaque la marche d’approche jusqu’aux rappels du 14 juillet. A 14, ça prend toujours un peu de temps alors on s’organise au mieux sur 2 lignes, moi restant en haut, Yannick sur la vire intermédiaire, et au bout d’un certain temps, tout le monde est au pied de sa voie.

Cécile et Alexis partent dans « le pendule », une voie peu parcourue en 6c max. Le gros des troupes est dans la classique et plus facile du secteur « 2 vauriens 3 canailles » en 6a+ max : Xav et Sandrine sont devant avec Yannick, suivis de François, Matthieu et Laura. Pour ma part, je suis encore avec Camille et Gautier dans « Bienvenue chez Damoclès » en 6c max, avec Ju et JP qui nous talonnent.

Côté Alexis et Cécile, les deux premières longueurs ne sont pas les plus majeures du secteur. La deuxième en 6c, particulièrement, n’est pas très saine et Alexis devra tirer aux dégaines pour s’en sortir. Heureusement, la suite est carrément majeure et malgré des difficultés à  s’arrêter aux bons relais, ils seront les premiers à sortir, sans grande surprise.

Au centre, c’est Xav qui prend les devants mais au bout de 2 longueurs en tête, il s’effondre d’un mal de tête atroce ! Lui d’habitude si jovial restera mutique tout au long de la voie. Heureusement, Sandrine a su mobiliser tout son savoir-faire et a pris la tête de la cordée sur toutes les longueurs suivantes. Elle enchaînera sa première voie dans le 6, à savoir un 6a+ (pas facile, parce qu’il n’y avait apparemment pas de « pieds à hauteur d’homme », quoi que cela veuille dire…) et à vue s’il vous plaît. Autant dire qu’il y a encore un peu de marge !
Derrière, c’est Laura qui fait les 3 premières longueurs en tête avant de céder la place à Matthieu. François et ses tendinites resteront tranquillement en second.

Nous, on perd un peu de temps au départ avec une cordée devant nous qui ne nous gênera plus beaucoup une fois quitté le sol. Camille grimpe devant sur toutes les premières longueurs jusqu’au passage clé en 6c où, par sécurité, je déroge à la règle en passant devant. Gautier terminera la voie avec les deux dernières longueurs. Derrière nous, Ju et JP grimpent tout en réversible sans grande difficulté, d’autant plus qu’on est là pour leur donner un peu les méthodes quand il faut. Nous sortons un peu après Cécile et Alexis et allons les retrouver avec Brice au sommet de « 2 vauriens » en attendant que les dernières cordées atteignent le sommet. Ils ont acquis l’autonomie, reste à travailler l’efficacité !

Finalement, on voit Yannick arriver au dernier relais, Sandrine lui ayant laissé le final en tête, puis tout le monde les uns à la suite des autres. C’était long mais ils ont le sourire (à part Xav qui est au bout de sa vie). Chacun a géré les difficultés, parfois avec un peu d’aide de la part des pros mais une belle étape a été franchie ! Félicitations à tous et rendez-vous en Corse en Mai pour la suite des aventures !

Sortie parents enfants du 14 avril

Chers parents et enfants du cours parents/enfants,

Nous vous proposons une sortie pour les parents et les enfants le dimanche 14 avril à la calanque de sormiou.

En début de journée,  nous ferrons le tour du bec de sormiou, puis, si nous avons le temps, nous ferons de l’escalade normalement.

Pour vous inscrire, veuillez remplir le formulaire ci dessous.

Bien à vous

 

Voir la liste des inscrits

Prochaine sortie adultes le dimanche 14 avril : terrain d’av au programme

La prochaine sortie adultes sera d’un genre nouveau ! En effet, elle se passera au rocher de Bayonne dans le Blavet et sera une sortie dédiée au terrain d’aventure.

Pour ceux qui ne savent pas ce qu’est le TA, c’est de l’escalade où les voies ne sont pas équipées. Il s’agit donc de poser ses propres protections sous forme de coinceurs divers et variés. Au rocher de Bayonne, seuls les relais sont équipés.

J’invite tous ceux qui sont inscrits au stage en Corse à participer à la sortie qui devrait être très enrichissante. Bien sûr, tout le monde est bienvenu. Pour ceux qui ne sont pas intéressés ou effrayés par le TA, il sera toujours possible de grimper en moulinette.

Vous trouverez ici le topo.

Comme d’habitude, merci de remplir le formulaire pour vous inscrire.

 

Le Parking :

Cycle grande voie, 4ème sortie sous l’oeil des vautours

Ce week-end avait donc lieu la 4ème et avant-dernière sortie pour  les adultes inscrits au cycle grandes voies. Destination choisie : le Verdon. Cette fois, nous n’étions pas directement dans les gorges (l’an dernier nous étions aux dalles grises) mais au petit secteur de Félines, proche de Moustiers-Sainte-Marie.

Après sondage auprès du groupe, nous décidons de partir à la journée. Ce sera un réveil matinal et un rendez-vous à 7h30 au parking de la Vilette. Encore tous un peu endormis, on se retrouve sur les lieux du rendez-vous et après dispatch dans les 3 voitures, nous sommes prêts à décoller lorsque Julien demande : « il ne manque pas Matthieu ? » Effectivement, ce dernier nous attendait à Sauvaigo… Les deux premières voitures prennent la route et je précise bien aux conducteurs de passer par Draguignan. Matthieu arrive quelques minutes plus tard et c’est parti pour 2h de conduite.

Quelques km avant d’arriver, je reçois un appel de Laura qui s’inquiète du trajet qu’ils ont pris. Ils sont bien sortis à Draguignan puis ont suivi La Palud, prenant partiellement les infos du topo… Petit détour panoramique qui leur coutera une bonne demi-heure de retard.
Le reste du groupe arrive au parking et on réorganise les cordées en fonction des événements. OK, ça marche plutôt bien. Après gestion du matos, ils attaquent la marche d’approche pendant que j’attends les explorateurs… Ils arrivent, un peu penauds et se mettent au défi d’une efficacité que je ne soupçonnais pas : ils sont prêts rapidement et à l’assaut de la marche d’approche particulièrement raide en quelques minutes !

Tout rentre à peu près dans l’ordre. François et Jean-Luc ont commencé « l’arête de la patte de chèvre », la voie la plus facile en 5 longueurs et Xavier et Laura se préparent pour les suivre pour leur première grande voie à 2 et en autonomie.
Je rejoins Alexis, Matthieu et Djé qui commencent « le don de l’aigle » tandis que Camille a déjà bien entamé sa première longueur des « bonnes résolutions », juste à côté. Dernière réorganisation, je prends la place de Julien avec Camille et Gautier, il se retrouve avec JP et Brice derrière nous. On est tout bon !

Matthieu s’est engagé dans sa première longueur en 5c et se fait cueillir à froid par la difficulté. Le Verdon, c’est le Verdon. Dalle, gouttes d’eau, escalade précise sur les pieds, ça s’apprend. Il redescend et c’est Alexis qui prend sa place et qui ne quittera plus le lead de la cordée.

Le premier relais est commun aux deux voies et on est vite serrés. Alexis est coincé sous les cordes, mais Camille repart rapidement dans la L2. Djé parvient à rejoindre le relais, suivi de Matthieu qui est en pleine crise de doute. Comme il a galéré sur la longueur la plus facile, il pense ne pas y arriver dans la suite plus dure et veut redescendre. Un effort de pédagogie plus loin et le voilà reparti, bien encadré par Djé qui le guidera pas à pas lors des principales difficultés.

Lorsque la cordée de Julien arrive au relais, nous sommes repartis. On se suivra à partir de là sans se gêner. Notre voie est superbe et variée, dans une difficulté qui fait forcer les grimpeurs mais chacun gère les crux comme il faut avec plus ou moins d’hésitation à tirer à la dégaine. L’important, c’est de passer. Nous voilà déjà au dernier relais et c’est Gautier qui se lance dans la dernière longueur la plus dure en 6b. Quelques presque chutes et un long moment plus tard, nous voilà sortis, accueillis par les deux cordées en binômes qui ont tracé dans leur voie. Ils ont tous grimpé en réversible (une longueur en tête sur deux) et ça a super bien déroulé ! Bravo.

Un peu plus tard, tout le monde se retrouve au sommet ! Ceux qui n’avaient pas encore eu le temps avalent rapidement leur sandwich et nous voilà repartis sur la marche retour bien raide pour retourner à la voiture.

Bilan du jour, malgré le petit couac sur le trajet, les cordées ont bien fonctionné. Tout le monde s’approche gentiment de l’objectif d’autonomie fixé pour le cycle et je ne suis pas mécontent. Chacun prend confiance en ses capacités apprend à repérer ses limites en terme de difficulté. Prochaine et dernière étape dans 3 semaines au cap Canaille !

Sortie adultes dimanche 24 mars

Bonjour à toutes et à tous,

Le dimanche 24 mars, je vous propose une sortie au secteur « Jardiland », situé à Peillon.

Pour vous inscrire, veuillez remplir le formulaire ci-dessous.

Bien à vous.

Voir la liste des inscrits

Le parking :

Sortie falaise adultes au Blavet : douceur et camaraderie

Pour ce week-end de la mi- février nous avions décidé d’explorer encore un peu plus le massif de l’Estérel et plus précisément les gorges du Blavet, proche de Roquebrune-sur-Argens, un haut lieu de l’escalade varoise. 

Nous sommes donc dimanche matin, à l’heure au rendez-vous, joyeux à l’idée de pratiquer notre sport favori sur ce caillou d’exception, nommé la rhyolite, qui se forme à partir du refroidissement du magma. Eh oui, jadis, se trouvait ici un volcan aujourd’hui scindé en deux parties, l’une, restée sur le continent et étant donc le massif de l’Esterel que l’on connait aujourd’hui et l’autre étant les calanques de Piana situées en Corse.
 
 
Chargés de nos cordes et dégaines nous marchons tranquillement sur la large piste menant à la face sud, le décor est féerique.
Rapidement nous arrivons au pied des premières voies et décidons de nous échauffer à cheval sur deux secteurs voisins, soit « Jean No » et  » L’écume des jours ».
Aujourd’hui nul besoin de moi pour placer des moulinettes, c’est une sortie d’adultes courageux et autonomes, chaque cordée ayant au moins une personne capable de grimper en tête.
 
 
Saliha et Phillipe commencent par « La Jeannot » et  » la balade des thés », deux voies au relief inspirant pendant que Matthieu s’échauffe dans « l’instant thé » puis « thé errant », on peut dire que l’ouvreur Varois aime les jeux de mots.
Aude et Stéphanie choisissent « Le déserteur », un joli 5b à la ligne de faiblesse évidente puis Stéphanie qui souhaite compléter l’échauffement s’en va dans un autre 5b mais se trompe d’itinéraire et, sans le savoir, s’embarque dans  » No good wall », le seul 6a du secteur. Elle peste un peu contre ce crux final puis consent à laisser deux dégaines pour redescendre en toute sécurité. Aude, toujours très volontaire et appliquée, grimpe à son tour puis réassure Stéphanie dans le fameux 6a. Cette fois-ci elle gravira la voie dans son intégralité et pourra récupérer son matériel. Pendant ce temps Oriana et Julien, qui étaient déjà sur place la veille pour faire de la « highline » ( sangle tendu à une certaine hauteur, l’idée étant d’évoluer dessus tel un funambule), débarquent et se font plaisir dans les voies roulantes du secteur  » Jean No ».
 
 
Il est à noter que Phillipe fait réviser la manip à Saliha qui grimpera en tête et mettra à profit ces révisions.  À côté, sur le secteur « L’écume des jours » Sigrid et Olivier qui parcourent  » Minez la police » et  » Piner le boloss », respectivement 5c et 6a, deux voies au départ un peu bloc. Juste à droite Camille et Eric s’essayent, avec plus ou moins d’élégance, dans le 6b qui donne son nom au secteur, une fort jolie voie avec un pas de bloc de caractère. Mathis et Alexis, après s’être échauffés, se décalent sur le secteur  » Les gaulois » et se lancent dans  » Kilucrucifix » une superbe ligne épurée pour une cotation annoncée à 7a+. Mathis fait parler la technique et sort la voie  » à vue ». Machine ! Alexis après une première montée de repérage fera un très bel essai mais fera une toute aussi belle chute à seulement un mètre de la fin des difficultés. Gauthier tente également sa chance mais malgré son expérience certaine il coince un peu physiquement. Pas facile le septième degré..
 
 
L’heure a largement tourné et nous avons faim ! La pause déjeuner est donc déclarée puis après avoir mangé nos salades ou samndwichs, Sigrid, Aude et Saliha nous régalent de leurs gâteaux aux ingrédients réconfortants. Tout cela englouti et afin de revenir à l’équilibre calories engrangées contre calories dépensées, nous reprenons dare dare nos activités. Il est temps pour moi de me rendre utile, je chausse mes chaussons pour installer les moulinettes dans deux 6b de quarante mètres complètement majeurs nommés « Goudurix » et « Bidibulle party ». Le caillou est étonnamment chaud et je me dis que même au coeur de l’hiver il devient compliqué de grimper en face sud, tout du moins pour la performance,  qu’il va peut être falloir viser des faces moins ensoleillées dans un avenir proche.
 
 
Eric s’empresse de s’encorder dans  » Goudurix » pendant que Olivier s’encorde dans  » Bidibulle party ». Tout deux rencontreront des difficultés dans les différentes sections dures mais trouveront plaisir à se hisser jusqu’aux relais. À son tour Camille fait un noeud puis grimpe tout là-haut, quarante mètres au dessus du plancher des vaches.
Pendant ce temps Mathis, toujours aussi motivé, cale les méthodes dans  » la fureur du dragon » un 7c teigneux dans lequel il chutera dans ce qui sera le dernier essai du jour.
 
 
C’est l’heure de ranger le matériel et de compter les cordes. Tout est là, il ne nous reste plus qu’à retrouver nos véhicules et s’en aller retrouver nos vallées car nous sommes tous d’accord, le Var c’est bien mais rien ne vaut les Alpes maritimes !
Un grand merci à vous tous et spécialement aux filles qui nous ont nourri. C’était une bien belle journée, avec un groupe au top accompagné d’une ambiance de franche camaraderie.
Merci beaucoup les copains et à bientôt.

Troisième sortie du cycle grandes voies à la Sainte : Mistral

Ce week-end, c’était donc la troisième journée de la saison pour les participants du cycle grandes voies. Après une bonne réflexion, j’avais choisi la Sainte Victoire et son terrain de jeu énorme pour qui souhaite gravir dalles et ressauts.

La réservation au gîte de Puyloubier étant faite, ne restait qu’un petit détail : la météo. La semaine précédant la sortie, celle-ci n’est pas au beau fixe. Pluie annoncée le vendredi et le samedi, moyen le dimanche… Mais comme d’habitude, le groupe est motivé alors on y croit et, effectivement, les prévisions s’améliorent jusqu’à nous annoncer une superbe journée… ventée !

Et le vent, en pays d’Aix, on le connaît. Il peut piquer fort ! Alors je préviens mon groupe qu’il va falloir se couvrir, se préparer à subir et éventuellement changer nos plans.

Nous voilà donc, le samedi soir, après une petit partie d’Escape Game dans un froid à galcer le sang, au gîte Daniel Gorgeon, Jean-Luc nous préparant le repas avec l’aide de ses commis. Mon ami et collègue Bérenger nous a également fait le plaisir de venir, sa curiosité piquée au vif par ce dispositif un peu insolite dans le monde de l’escalade en club. Grand bien lui en a pris car, de mon côté, je me trimballe une bonne grippe qui va quelque peu limiter mes capacités.

Le repas se déroule et avec lui les discussions sur le lendemain. Après étude du topo, on décide de ne pas prendre trop de risques et d’aller grimper du côté du socle de la carrière, plus à l’est de la Sainte et possiblement plus abritée du mistral. A moitié dans les vappes, je laisse les choses s’organiser avec plus ou moins de succès, avant que Bérenger ne prenne en main les explications pédagogiques sur les relais 3 points.

Le lendemain, après une nuit rythmée des ronflements des uns et des autres, c’est un soleil radieux qui nous accueille ! Après les deux jours de pluie, on peut dire que ça fait du bien. Il ne semble même pas faire froid mais dans le village, le vent est certainement moins fort que sur les parois… Petit dej, ménage, préparation, et nous voilà partis sur la petite route longeant la montagne mythique.

En sortant de la voiture, on se rend compte que le vent est bien là. Mais supportable. On prépare les cordées et on répartit le matériel. JP, Brice, JL, Xav et Laura ont choisi la Marbrière avec Bérenger, 7 longueurs en 5b max. Mathieu, Alexis et Sandrine veulent jouer du coinceur dans le Géorgie tandis que je me greffe à Gautier et Camille dans Samsara Sattva, juste à côté.

Et c’est parti pour les ascencions. Dès le premier relais, on entend au talkie les premières hésitations de Xav qui ne sait plus installer son Reverso. C’est Bérenger qui doit se demander dans quoi il s’est embarqué… Enfin, après un peu de concentration, ça marche. De mon côté, Mathieu est chaud bouillant et décide de ne pas utiliser l’équipement en place dans la première longueur et de poser ses propres coinceurs. Gautier enchaîne sa première longueur sans problème. Dès le premier relais, on se rend compte que le vent va nous taper sur le système. Ca souffle vraiment fort et on est régulièrement déstabilisés dans notre escalade. Mais on est là pour grimper alors on continue. Dans la deuxième longueur, je fais un petit détour vers Mathieu qui galère à faire son relais TA. Derrière, Sandrine prend le relais et je la regarde engager loin au dessus des points avec un peu d’appréhension. Je lui suggère de rajouter quelques protections, et c’est avec un tirage monstre qu’elle parvient au relais commun aux deux voies ! Il y a encore pas mal de travail mais ça progresse bien.

Ma cordée choisit de terminer dans la voie en terrain d’aventure, 2 dernières longueurs faciles. On prend quelques minutes pour manger à l’abri dans la grotte du petit chanteur avant de sortir au sommet de la paroi, quelques minutes à peine avant les cordées de Bérenger qui eux, n’avaient pas encore mangé.

Il n’est pas très tard mais pour mon groupe, c’est la fin. Le vent nous a usés et moi je ne suis vraiment pas bien. Etonnamment, le groupe de Bérenger n’en a pas eu pour sa dose et choisit de grimper 2 longueurs supplémentaires avec le Pilier du singe tandis que nous redescendons vers des coins moins ventés, comme le bar de Rousset. Et l’attente fut longue… 2h20 pour faire 2 longueurs à 6, on n’est pas dans du record de vitesse ! Le vent et la fatigue aura eu raison d’une partie du groupe.

C’est au soleil couchant que le groupe se retrouve au complet pour partager les dernières anecdotes. Pour ma part je suis absent depuis longtemps, dans les lymbes de la fièvre et avec juste l’envie de me coucher, ce qui se produira éventuellement 2 jours durant !

Un grand merci à Bérenger pour avoir géré une partie du groupe, ça m’était impossible dans mon état. Le groupe de vient de plus en plus autonome et ça c’est beau ! Prochaine étape dans un mois avec un peu plus d’énergie de mon côté je l’espère.

Sortie falaise du groupe Parents/enfants à Séranon : escalade et mini grande voie

En ce week-end ensoleillé de fin janvier, nous avions décidé d’errer dans l’arrière pays Grasssois et plus précisément sur le secteur du « chapeau de Napoléon » proche du village de Séranon. Sur le parking, Donnatiennne, Nico, Milo et moi-même attendons le reste du groupe. Le hic est qu’il est encore à l’ombre et que le thermomètre annonce une température négative. Ça réveille !

Une dizaine de minutes plus tard, nous sommes au complet, soit une douzaine de personnes et après une rapide distribution du matériel, nous parcourons la très modeste marche d’approche et rejoignons notre bout de caillou ensoleillé. Ici le secteur se divise en deux : l’étage du bas et l’étage du haut. L’idée est de commencer par le rez de chaussée puis, par la suite, de monter au premier soit en reprenant le chemin, soit par une « mini grande voie » qui se compose de trois longueurs d’une quinzaine de mètres et ainsi de mettre en pratique l’apprentissage de l’assurage par le haut.

Tout d’abord, pour que l’ensemble des participants puissent s’occuper, l’installation de moulinettes est de rigueur. Romane ne laisse pas le temps s’egréner et elle va dans « la rhaine » un 4+ à la ligne de faiblesse évidente puis, arrivée au relais, réalise sa manip avec brio. Matéo fait de même dans « bathilde » un autre 4 à droite de la falaise pendant que Donna s’essaye dans « perfide » un 5+ très classe. Les cordes ont maintenant fleuri, les jeunes et moins jeunes ont de quoi s’occuper et je peux donc encadrer deux ou trois personnes dans cette fameuse grande voie.

Anaïs, Romane et Sarah sont les premières volontaires. Nous partons donc ensemble à l’assaut de la première longueur. Anaïs prend la tête et grimpe la voie avec facilité. Arrivée au relais, elle installe son reverso puis assure par le haut pour sécuriser ses seconds. Nous sommes maintenant rejoints par les filles et, pour la deuxième longueur, Romane prend le rôle de leader. À son tour elle escalade aisément puis fabrique son relais. En bas la gestion de la corde est chaotique, il faut dire que faire des longueurs de quinze mètres avec deux brins de soixante dix mètres, le tout en changeant de premier de cordée, relève du défi et prend un temps certain. Nous voilà tous au relais numéro deux et, pendant que Milo, Donna, et Nico s’apprêtent à prendre leur tour dans la grande voie, Sarah prend la tête pour libérer la longueur finale. Celle ci n’est qu’une formalité, là- haut les points ne sont pas reliés et nous nous aidons d’un dynaloop pour construire notre relais. Romane et Anaïs nous rejoignent tout sourire.

Je redescends rejoindre Donna qui est déjà parvenu au relais numéro un et qui, malgré quelques hésitations, a bien construit son premier relais. Les garçons suivent et le reste ressemble comme deux gouttes d’eau à ce qu’il s’est passé avec la cordée précédente. Arrivés au sommet, le temps a largement filé et les ventres de sont creusés, nous déballons salades et sandwichs puis mangeons un peu à la hâte. Comme à l’habitude nous avons le droit au gâteau de Donna et ce coup-ci c’est un marbré. Ajoutez à cela les bugnes  d’Angela et nous sommes requinqués pour de nombreuses heures.

L’après midi est déjà bien avancé lorsque nous remettons nos baudriers. Durant cette deuxième partie de journée, comme prévu, nous grimperons au premier étage. Après avoir installé des moulinettes dans les voies faciles à droite de la falaise, Alex souhaite avoir une corde en place dans « ependymère » un 6a+ très sculpté et abordable. Les candidats se succèdent avec plus ou moins d’agilité. À noter la belle prestation de Romane qui, en dépit de sa taille d’enfant, gravit la voie sans difficulté. Sur la gauche de la falaise, Anaïs et Sophie parcourent  « morue », une voie en quatre au calcaire irréprochable. Encore plus à gauche Sarah, aidée par sa fille Romane, grimpe sa première voie en tête ! Bravo !

Le soleil vire à l’ouest et la luminosité baisse. Cependant, Alex reste motivé et veut en découdre dans une dernière voie. Il choisi la « dame de coeur » un 6a bien tassé au centre de la falaise. Il s’y lance en tête et, à l’aide d’une escalade engagée, enchaîne la voie. Machine! Alex redescend mais les dégaines restent accrochées au caillou et pas grand monde souhaite aller les chercher. Par bonheur les jeunes relèvent le degré de motivation et Milo tente sa chance. Malheureusement il bute sur la première difficulté et redescend. C’est au tour de Matéo de jouer son vatout. Il bute également mais s’acharne encore et encore. Sa pugnacité vaincra et les dégaines seront récupérées. Merci Matéo ! Ce coup-ci notre étoile s’apprête à passer derrière la montagne et le thermomètre à dégringoler. Nous prenons les devants et rangeons le matériel. Le retour aux voitures est avalé en cinq minutes puis après avoir discuté quelques instants nous nous séparons et rentrons dans nos chaumières.

Merci à tous pour cette belle journée ensoleillée loin du tumulte de la ville.

À bientôt !

Sortie adultes au col d’Eze : ça tranche !

Hier a eu lieu la sortie mensuelle en falaise pour les adultes du club. J’avais choisi de retourner explorer le site au col d’Eze, petit site qui s’est un peu développé depuis la pandémie et qui propose maintenant une bonne trentaine de voies entre 5a et 7c, le tout plein sud, face à la mer et avec vue sur la Corse les jours de temps clair.

Et c’est une quasi vingtaine de personnes qui a répondu à l’appel, un engouement qui fait plaisir à voir. Je retrouve le groupe sur le parking et, après distribution des cordes et des dégaines, c’est parti pour la marche d’approche qui, si elle n’est pas bien longue, est un peu raide. En groupe, on prend vite un peu de temps pour passer le petit ressaut final. On dépose nos sacs au pied du secteur de droite, sauf Matthieu qui décide de la jouer solo et grimpera avec Alexis dans le 6a+ pas évident et un 6b du secteur de gauche avant de nous rejoindre en fin de matinée.

Très vite, Cécile est déjà sur le caillou, comme à son habitude. Les autres suivent avec plus ou moins d’efficacité, certains préférant passer par la case café chaud, café tiède avant de se frotter au caillou neuf et tranchant. Et on l’aura entendu que ça coupe, ça cisaille, ça pique, ça fait mal ! Le grimpeur n’est jamais content, on le sait depuis longtemps. Mais c’est malgré tout dans une très bonne humeur que les moulinettes s’installent dans les voies les plus faciles comme « La cîme », « Revenu universel », « Cordes et âmes ». Sigrid et Olivier commencent direct dans le 6a avec « A l’Eze Breizh », voie qu’Olivier a repeinte en rouge dès sa première montée suite à une belle coupure au doigt ! Julien s’attaque également à la fine « Vieille canaille » en 6a également.

Avec Geoffrey, on monte d’un petit cran en installant « un ruisseau de roulements à billes » en 6a+ puis « Noobzone » en 6a, avant que je n’essaie un des 7b du secteur « Warzone » avant d’y envoyer Alexis et que Geoffrey se lance dans le 6c « Tchoufki peut ».

A partir de là, les essais s’enchaînent en moulinette ou en tête selon l’humeur et le niveau, avant de se retrouver tous ensemble à grignoter un bout et les délicieux cookies de Philippe qui n’ont pas grand chose à envier à ceux de Lucile, le tout face à une île particulièrement en beauté planant au dessus du bleu profond de la Méditerranée. Oui, nous vivons dans une région incroyablement belle.

L’après-midi, un léger voile de nuage nous incite à mettre une seconde couche sur le dos, alors que la température jusqu’ici était suffisamment clémente pour nous faire assurer en manches courtes. Mais ce n’est pas cela qui empêche les grimpeurs de s’élancer dans des voies de plus en plus dures, allant se confronter aux passages en toit de « la galère » ou « Sainte Soline ». En fin de journée, Stefano en profite pour nous faire une petite frayeur avec une jolie chute : plus de peur que de mal !

Allez, il est finalement temps de ranger et remonter à la route, dernière petite épreuve avec les sacs sur le dos et la fatigue du jour. Les dernières photos de la Corse et du Cap Ferrat sous la lumière rasante du soleil couchant et hop, on repart vers Sauvaigo et nos vies respectives, en attendant avec impatience la prochaine sortie le 18 février !