Coupe de France de difficulté à Marseille

Ce week-end, direction les calanques de Marseille. Pas de grande voie au programme mais la coupe de France de difficulté sur le mur de Luminy. Je passe la 2ème de la matinée et Mathéo 52ème de l’après-midi donc autant dire que la journée ne laissera pas trop de place au tourisme.

Ce sont donc les vétéranes qui débutent tôt le matin comme souvent. Nous sommes 5 vaillantes concurrentes avec 3 voies au programme et accès direct à la finale du lendemain pour les 3 meilleures résultats. Je suis vite rattrapée par le manque de rési mais limite la casse et termine 4ème.

Les catégories jeunes U16 à U20 ont deux voies de qualification, qui permettront aux 26 mieux classés de chaque catégorie d’accéder à la demi-finale.

Mathis est le premier à s’élancer du côté de l’USC. Les U20 garçons ne sont que 32 donc la pression n’est pas trop intense pour l’accès à l’étape suivante. Pour autant, il y a du niveau parmi les participants présents.

La voie 1 semble sortir pas mal, Mathis avance bien avant de se laisser surprendre sur les dernières pinces au sommet de la voie. On sait alors qu’il va falloir faire le maximum dans la voie 2 pour que la place en demi ne lui échappe pas. Et il fait le job, en terminant 20ème de ces qualifs.

Nos deux U16 filles, Léane et Hanaé, passent en milieu de leur vague. La voie 1 est topée par quasiment toutes les filles et n’est qu’une formalité pour nos deux concurrentes. C’est donc la voie 2 qui va départager les troupes.

Hanaé débute bien sa voie, elle ne semble pas trop forcer, jusqu’à un moment où son talon zippe. Un peu de précipitation, petit manque de concentration ou de lucidité ? Toujours est-il que ça ne pardonne pas. On décompte son classement au fur et à mesure du passage des grimpeuses, et malheureusement elle loupe la demi-finale pour un petit plus et se classant 28ème.

Cette deuxième voie convient bien à Léane, qui parvient à sortir de la dernière section déversante. Son run lui permet de terminer en 10ème position des qualifications et de participer à la demi finale du lendemain matin.

Mathéo nous rejoint en milieu de journée et pour lui l’attente aura été longue, puisqu’il ne s’élance dans son premier run qu’à 17h30.

La voie 1 des U18 garçons est la même que les U20 mais les grimpeurs montent dans l’ensemble un peu moins haut. Le tracé semble à la portée de Mathéo, il avance bien, précis et efficace, jusqu’à tomber sur la même pince de fin de voie que Mathis, sans parvenir à ramener.

On découvre le tracé de la voie 2 en même temps que les U18, avec un départ original face au public, qui laissera quelques grimpeurs sur le carreau, rude ! Pas de problème pour Mathéo qui dépasse le milieu de la voie avant de commencer à trembler sérieusement sur un clipage. Il grille pas mal d’énergie et parvient à faire quelques mouvements supplémentaires avant de chuter. Ses performances dans les deux tracés lui permettent de se classer 17ème, et il gagne donc son ticket pour la demi-finale.

Le dimanche matin je juge sur la catégorie des seniors femmes donc je ne peux pas vraiment suivre ce qu’il se passe pour nos jeunes, et je ne vois même pas le run de Mathéo. La voie de demi des U18 est la voie 2 de qualif des U20 la veille, et il tombe sur le même mouv que Mathis. Cela lui permet de se maintenir dans le top 20. Il se classe 19ème de la compétition, son meilleur résultat dans sa courte expérience en coupe de France de diff.

Mathis grimpe lui dans la voie 2 de qualif des U18. Il fait un très beau run et fait partie des premiers à monter aussi haut. Mais il y a encore du monde à passer, et il se classe finalement 19ème lui aussi.

Léane est la dernière du club à s’élancer, et son objectif est vraiment d’aller en finale, après être passée pas loin lors des dernières échéances. Mais fatigue, mauvais échauffement, un peu de pression, manque de rési ou un peu de tout ça, elle subit rapidement la voie. Elle parvient à dépasser le premier crux mais oublie une prise de relance stratégique quelques mouvs plus loin. Elle tente un grand mouv qui ne passe pas et se retrouve dans la corde. Dommage car le passage qui suivait était largement à sa portée et dans son style. Elle ne fêtera pas ses 14 ans en finale de coupe de France, mais termine 12ème de la compétition, ce qui reste un excellent résultat.

Bilan global très satisfaisant donc pour nos compétiteurs malgré les frustrations et déceptions inévitables des compétitions. On sait toutefois que le travail de la rési et de voies flash et à vue leur fait défaut, et ce n’est pas évident au vu des structures d’entraînement auxquelles ils ont accès de façon régulière. C’est déjà beau d’arriver à ce niveau dans ces conditions, et ça offre des axes de travail d’ici la dernière étape à Briançon dans un mois.

Voici les résultats complets de cette coupe de France de Marseille.

Sortie petits à St Jeannet : intime et intense !

Ca y est, il aura fallu 3 tentatives pour réunir suffisamment de nos jeunes bambins pour une sortie en falaise. Ils n’étaient pas bien nombreux, à peine 7, mais cela suffit pour faire de cette journée une réussite.

Nous étions donc à St Jeannet à 10h, dans la galère pour trouver des places de parking. Je retrouve James et Juliette sur le parking, entre en contact téléphonique avec Manuela qui est avec Paul, Clara, Emma et Charlotte. On parvient à tous se retrouver dans le village et nous voilà en marche vers le secteur de la source où nous retrouvons Louise et Naïs, déjà en train de grimper avec leurs parents !!

Ni une ni deux, les derniers arrivants enfilent les baudriers et posent les casques sur la tête tandis que je monte sur le bloc de la « salle à manger » pour installer les deux moulinettes restantes. Les participants sont plutôt doués et les parents bien présents. J’installe encore deux moulinettes sur « la patinoire » mais je me rends vite compte que ça ne va pas suffire ! Les jeunes avalent les voies un peu trop facilement. Il n’est pas tout à fait midi qu’ils ont déjà tout grimpé !

Qu’à cela ne tienne, on va changer de secteur. Nous remballons tranquillement pour se diriger vers « les croûtes à mémé », 8 voies entre 3 et 5, un peu plus hautes, qui devraient donner un peu plus de fil à retordre à ces grimpeurs insatiables. On profite avant tout d’une petite pause repas, et c’est reparti ! Cette fois, les jeunes galèrent un peu, ils ont besoin de quelques méthodes pour réussir à trouver les solutions aux différents problèmes que leur soumet le caillou. Louise doit même enfiler ses chaussons, c’est dire !

L’après-midi se déroule dans la joie et la bonne humeur. Ou presque, certains ont encore du mal à gérer les émotions et quelques pleurs se font entendre, et moues se dessinent sur les visages. Mais cela ne dure pas bien longtemps et les sourires réapparaissent rapidement.

Après quelques heures bien intenses, les jeunes commencent à fatiguer. Il est temps de partir en exploration dans la celèbre faille obscure non loin de là. Toujours un succès, les enfants s’amusent à se faire peur jusqu’à ce que, malgré mes avertissements, Paul nous gratifie d’un roulé boulé dans les cailloux qui aurait pu très mal finir ! C’est signe qu’il faut s’arrêter là. Je rassemble tout le monde pour retourner aux affaires et aux parents qui en profitaient pour grimper un peu entre eux. Il est temps de plier, d’autant que la météo est en train de tourner et que quelques gouttes se font sentir.

Voilà donc une superbe journée qui s’achève, où les enfants n’ont pas démérité. Certains découvraient le caillou pour la première fois et se sont débrouillés comme des chefs. D’autres, plus expérimentés, ont laissé libre cours à leur talent ! Comme toujours, un grand merci à tous les parents présents (et ils étaient nombreux !) Cela rend les journées beaucoup plus faciles pour nous les encadrants ! Je vous attends le 23 juin pour la dernière sortie club à la bagarée !

Sortie club de fin d’année le 23 juin à la Bagarée

Dimanche 23 juin aura lieu la traditionnelle sortie club de fin d’année à la Colle sur Loup, secteur de la Bagarée.

Comme toujours, tout le monde est convié à la fête : les enfants, les adultes, la famille, les amis qui souhaitent découvrir l’escalade, etc… C’est l’occasion de tous nous rassembler une dernière fois avant une pause bien méritée pour les vacances d’été ! Prenez le pique nique, n’oubliez pas l’eau, la crème solaire et le maillot de bain !

Au programme, de l’escalade, de la baignade dans le Loup, la tyrolienne aquatique !

Nous vous donnons rendez-vous à partir de 10h sur place, directement au pied du secteur. Attention, il était déjà compliqué de se garer auparavant, mais le parking a fortement diminué. Prévoyez un maximum de covoiturage et de de voir vous garer vers le village et marcher un peu plus. Du parking, continuez le long des berges vers l’aval pendant 10-15 minutes.

Pour vous inscrire et nous donner une idée du nombre de présents, merci de bien vouloir remplir le formulaire suivant :

Annot à bloc édition 2024 : encore une réussite !

Ce week-end des 1er et 2 juin avait lieu la nouvelle édition du maintenant célèbre et tant attendu rassemblement du Annot à bloc. Pour l’occasion, j’avais invité les jeunes du groupe compet à participer au contest sur les blocs naturels. Et on peut dire que l’équipe d’organisation a fait du gros boulot avec plus de 120 blocs brossés et référencés ! Du facile au très dur, du très court au très haut, du dalleux au déversant, il y en avait pour tous les goûts, le tout dans un cadre enchanteur à quelques pas du village ! Forêt qui procure de l’ombre, vieilles restanques pour des réceptions souvent parfaites, c’était idéal !

Nous nous retrouvons tous plus ou moins à l’heure donnée sur la place du village pour finaliser les inscriptions, distribuer les pads et partir à travers le village en direction des blocs. Avec les parents, nous sommes une bonne palanquée et arrivés au secteur, notre première mission est de trouver un espace suffisamment grand pour en faire un camp de base. Comme cette année il y a une buvette, on s’installe pas trop loin de celle-ci, à peu près au centre du secteur.

Et c’est parti pour l’escalade ! J’attaque avec les plus jeunes : Romane, Lino, Rose, Lilas, Lya, Maya et Mélia. Ils connaissent déjà les rudiments de l’activité puisqu’on avait fait une session en septembre, de la pose de pads à la parade. Les parents sont également vigilants et bien présents derrière nos jeunes bambins qui se chauffent allègrement dans les premiers blocs adaptés à leur taille.

Chez les grands, Mathéo est quelque part dans le secteur avec des amis à lui. Je le croiserai de temps en temps au fil de la journée avec Sandro. Pareil pour Mathis. Emma et Léane grimpent ensemble de leur côté, et je croise également Lya avec ses parents. Boris, nous rejoint peu après, je crois que nous sommes au complet !

La matinée se passe sous les assauts des grimpeurs. Les enfants sont impressionnants d’opiniâtreté ! Ils font la queue pour vaincre tel ou tel passage, parfois avec réussite, parfois sans. C’est dur Annot, et les cotations ont été un peu relevées depuis la dernière session. Mais qu’importe, personne n’est vraiment là pour la compétition mais pour le plaisir de grimper tous ensemble et de partager un grand moment d’escalade.

Lorsque midi sonne, on retourne à notre camp de base pour manger un bout. Pour l’après-midi, je reste surtout avec Emma et Léane qui s’essaient dans pas mal de blocs durs dans lesquels Milan et moi essayons de leur donner des méthodes. On rigole bien et on est rejoints par Antoine. On retrouve de temps en temps les petits éparpillés à droite à gauche, les parents tentant de les suivre au mieux. Tout se passe super bien, il y a du monde présent mais ce n’est pas non plus le chaos, la mauvaise météo prévue en aura certainement refroidi plus d’un, surtout ceux qui viennent de loin ! Si l’orage gronde un peu dans l’après-midi, celui-ci nous contourne et nous laisse tranquilles dans nos efforts.

A 17h, nous retournons tous sur la place du village pour rendre les feuilles. Il y avait plusieurs catégories :
– les moins de 10 ans;
– les moins de 12 ans;
– les moins de 14 ans;
– les loisirs;
– les experts.

En dehors de la catégorie experts, un bloc réussi valait un point, quelle que soit la difficulté. Il fallait donc en faire le plus possible. A ce jeu, c’est l’inarrêtable Boris qui gagne chez les moins de 10 ans ! Mélia fait de même en moins de 12 ans, alors que Lya monte sur la troisième marche du podium. Lilas remporte la compétition chez les moins de 14 ans. De belles récompenses attendent nos grimpeuses et grimpeurs, notamment la rencontre avec Salomé Romain, marraine de l’événement !

En expert, seuls les blocs les plus durs comptabilisaient des points. Léane parvient à sortir quelques 6c et 7a, ce qui lui offre un place pour la finale le soir, sur fronton articifiel sur la place du village. Mathis est également de la partie !

Les finalistes ont 3 blocs à faire. Léane est la plus jeune, mais elle a un fan club incroyable ! Elle sort son premier bloc en 3 essais, son second en deux, et flashe le troisième bloc, étant la seule à comprendre qu’il fallait se retourner face au public. Un grand moment. Elle termine 3ème de la finale, à  rien des deux premières.

Les blocs pour les hommes sont plus durs mais Mathis s’en sort bien. Il ne joue pas la gagne car devant lui, il y a des pointures. Il lâche deux essais dans le bloc 1 en dalle, est trop épuisé pour ramener sur la prise de fin du bloc 2, et sort le bloc 3 avec panache pour finalement prendre une belle 4ème place ! Bravo Mathis !

Place à la fête ! Ou au repos… Pour ma part, après une journée très éprouvante en canyon la veille, j’opte pour la seconde option : la bise à Morphée.

Le lendemain, après le petit café au bar du commerce, c’est de nouveau sur le fronton de blocs que se déroule une compétition au format contest : 12 blocs pour les catégories U16 et U18. Léane, Lia, Emma et Antoine participent. Et les blocs sont durs ! Les 5 premiers passent sans trop de problème pour nos compétitrices et compétiteurs mais dès le n°6, c’est la douche. Personne ne parviendra à sortir le mouvement final de cette redoutable dalle. Idem pour le bloc 7 et un passage en dièdre qui restera mystérieux malgré quelques beaux essais. Le bloc 8 sera sorti par un seul compétiteur, mais il est trop physique pour les filles et Antoine ne parvient pas à passer le départ avec un talon pas évident. Le bloc 9 est une dalle et à ce jeu, Lia est douée. Malgré quelques hésitations, elle parvient à toper le bloc. Léane n’en fait qu’une bouchée et Emma qui a galéré dans le départ, parvient enfin à la prise de fin pour se voir refuser la validation à cause d’un pied qui traine sur une prise d’une autre couleur ! Ouch ! Antoine fait un bel essai dans un style de grimpe assez décousu mais ne parvient pas à toper.
Il fait une belle performance dans le bloc 10 où peu de grimpeurs réussissent le jeté du début, sans réussir à valider le top. Mais il a la zone, c’est déjà bien. Les 11 et 12 semblent inaccessibles à tous et le temps étant très limité, la compétition s’arrête là !

Léane prend la tête, Lia est 4ème et Emma 5ème. Elle aurait été 3ème sans sa petite erreur. Antoine est 4ème également. Bravo les jeunes, et merci pour le spectacle.

Après un petit concours de suspension, je m’éclipse pour rentrer à la maison, alors que se préparait un coucours de jeté où Léane a de nouveau été brillante de ce que j’ai entendu… Elle a autant de facilité en escalade qu’en bavardage celle-là !

Un grand merci aux organisateurs pour l’événement, aux nombreux bénévoles, brosseurs, juges, un grand merci à la météo et un grand bravo à tous les participants ! Vivement la prochaine édition !!!

Championnat de France U12/U14 à Troyes : résumé

En ce week-end du 25 26 juin se tenait  le tant attendu championnat de France des moins de douze et quatorze ans !

Deux jeunes de l’US Cagnes avaient brillamment obtenu leurs places lors de la compétition régionale, j’ai nommé les talentueux Mélia et Timéo. L’ennui étant que, cette année, la compétition se déroulait à Troyes, 800 kilomètres au nord de notre belle côte d’azur et que par conséquent nous avons tous rendez-vous vendredi matin pour une journée qui s’annonce longuette. Nous sommes sept prêts au départ. Les plus nombreux, la famille Caussette au complet avec Esteban, le grand frère, venu soutenir son cadet Timéo, Mélia accompagnée de sa maman Marie, et moi-même. Il est environ neuf heures et après un ultime café nous nous installons dans le mini-bus loué au comité territorial puis prenons patience jusqu’à l’agglomération Troyennes.
 
Ici,  c’est une ville agréable qui nous accueille et pour nous dégourdir les jambes nous allons faire un peu de tourisme dans le centre de cette modeste citée. Nous déambulons dans son centre piéton, nous nous rendons dans « la ruelle des chats », une des curiosités de la ville avec ses façades « penchées » loin de la perfection architecturale du 21ème siècle. Durant une heure nous foulons les pavés, nous rendons visite à la basilique, à la cathédrale et arpentons les rues à la recherche des bâtisses les plus tordues qui soit avant d’aller s’assoir en terrasse d’un café déguster cocktails et charcuteries. Plus tard, la nuit commençant à s’installer, nous nous en allons retrouver notre hôtel ainsi que nos chambres respectives pour une nuit que nous espérons optimale.
 
 
Au réveil nos deux jeunes sont souriants mais Mélia semble avoir eu du mal à s’endormir. Après les trois petites minutes de route nécessaires pour nous rendre sur le lieu de la compétition, la tension monte d’un cran lorsque nous franchissons les portes du CIME, un complexe surdimensionné dédié à l’escalade. Aujourd’hui le programme est différent pour nos deux sportifs. Mélia fera de la « difficulté » toute la journée soit cinq voies où la complexité va croissante jusqu’à la numéro trois avant de redescendre légèrement en intensité pendant que Timéo commencera par le bloc qui sont au nombre de neuf puis, dans l’après-midi, il s’adonnera à la vitesse, probablement son point fort. En ce qui concerne cette dernière, les compétiteurs disposent de quatre essais pour exploser les chronos.
 
 
En ayant le dossard numéro quatre c’est sans surprise Mélia qui ouvre le bal. La première voie ne pose pas de problème, elle grimpe vite et tope avec aisance. Les choses sérieuses commencent dans la voie 2, après une succession de bacs dans les premiers mètres un premier « croisé » délicat attend les différentes candidates. Mélia, margeuse, passe puis déroule jusqu’à la section finale dans laquelle elle s’emploie un peu pour assurer un nouveau top. Pas de doute, elle est au rendez-vous et sa compèt ne pouvait pas mieux commencer.
 
Pour Timéo, et malgré avoir réussi le bloc 4 au deuxième essai, les choses sont plus délicates. Une succession de « zippettes » sur la prise finale du bloc 3 lui mettent le moral dans les chaussettes. Il réussira tout de même le bloc 1 et 2 au premier essai mais butera dans un bloc 5 tout en équilibre ainsi que dans le bloc 6 plutôt physique, pour se consoler il attrape tout de même la prise de zone dans ces deux blocs. Le temps lui fait défaut et il ne parviendra pas à mettre de run dans le bloc 7 où il semblait possible d’atteindre la zone. Timéo est déçu par sa prestation, il pensait pouvoir faire mieux mais que voulez-vous, on ne réécrit pas l’histoire. En bon jeune contrarié il fait la moue. Nous tentons de lui faire comprendre qu’il n’est plus possible d’agir sur le passé mais qu’il est tout à fait envisageable de le faire sur le futur et que la meilleure des choses à faire est bien de rester positif.
 
 
Pendant ce temps Mélia attaque sa voie 3, la plus dure du circuit. Celle-ci est très impressionnante, en plein centre du mur et très déversante. Un premier mouvement dynamique agrémente le début du parcours, Mélia monte les pieds et se joue de cette première difficulté, la suite est un enchaînement de mouvements athlétiques, elle en enchaîne quelques-uns avant de zipper à mi-voie sans doute un peu pétée du biceps. La voie 4 est originale, les ouvreurs nous ont offert un sensationnel jeté situé environ au deux tiers de la longueur. Après ses dix-huit minutes de repos réglementaire elle s’élance. Mélia nous fait un peu peur dans le départ, car malgré un minutieux repérage, elle se fourvoie un peu les méthodes ce qui provoque quelques mouvements parasites et augmente fortement la fatigue. Malgré cela elle se hisse jusqu’au pied du jeté, malheureusement elle chutera juste avant la mise en place de ce dernier.
Mélia est au pied de sa dernière voie. Celle-ci est quasi verticale avec une section finale sur petites prises, un profil qui convient parfaitement à notre jeune prodige. Mélia se lance, gravit les premiers mètres, passe une section délicate sur des volumes puis s’élève encore jusqu’à se retrouver les doigts sur les micro prises qui marquent la section finale. Pleine de résistance elle avance jusqu’à toucher l’avant dernière prise où elle choit. Elle signe là un superbe run qui clôture un très beau parcours de diff. Le classement parlera de lui-même, Mélia termine 17 ème de cette épreuve, une sacrée performance ! Bravo !
 
 
Il est quatorze heures et Timéo a rendez vous avec la spectaculaire épreuve de vitesse dans laquelle il a placé beaucoup d’espoir. Ici il n’y a guère de place pour la stratégie ou la tactique, l’explosivité est le maître mot. Dès son premier essai Timéo nous montre ses qualités et s’offre un chrono de 6,8 seconde. Sa troisième tentative sera la meilleure avec un petit dixième de seconde gagné sur son premier run. Au classement, il se hisse au très honorable 18 ème rang et même si, dans l’ensemble, il reste sceptique et déçu, Timéo rattrape sa « contre performance » de la matinée. Pour nos deux sportifs les efforts sont terminés et après s’être pris en photo accompagnés de Monsieur Bassa Mawem nous nous en allons trouver un repos mérité. 
 
 
Le lendemain les programmes sont inversés. Dans la matinée Mélia devra ardemment défendre ses chances dans l’épreuve de bloc et conclura sa compétition par la vitesse qui se déroulera l’après-midi. De son côté, Timéo s’attèlera à la difficulté. Honneur aux dames. Mélia commence sur les chapeaux de roues. Elle s’offre au deuxième essai le bloc 3. La coordination du bloc 4 ne lui pose aucun problème mais le mouvement suivant où il faut rester solide du triceps la fait chuter à trois reprises et elle abandonne provisoirement ce bloc. Le numéro un et deux sont une formalité. Dans le bloc cinq, tout en équilibre, Mélia nous montre s’il en était besoin une de ses principales qualités, la finesse de son placement. Malheureusement le dernier mouvement lui résiste jusqu’au cinquième essai où elle ramène enfin sur la prise finale. Retour au bloc quatre où, cette fois, Mélia reste haut sur ses appuis et tope ce bloc. Il reste le numéro sept dans lequel elle attrape la prise de zone sans histoire mais la prise finale semble hors de portée tout comme le bloc huit et neuf. Reste le six qui parait lui aussi compliqué mais Mélia est surprenante et nous étonne dans le premier mouvement dynamique. Cependant il lui en manquera un peu pour valider la zone. Encore une fois le classement parle, elle prend la 18ème place et peut être fière.
 
 
Dans la foulée c’est Timéo qui attaque sa première voie de diff avec un visage fermé et une tension palpable. Malgré la pression, il reste propre, appliqué et ne bronche pas d’un iota. Dans la deuxième il fait sensiblement la même chose, il récite les méthodes apprises et s’en va toper sans difficulté. Les choses très sérieuse commencent dans la voie trois, la fameuse en plein centre et en plein dans le penché mais Timeo, nous le savons, est un garçon athlétique. Il se présente dans le premier mouvement aléatoire et n’en fait qu’une bouchée, cale le gros talon nécessaire au mouvement suivant puis avance comme un pro. Bien sûr la voie est usante et il finit par chuter mais sa belle prestation ne fait aucun doute. Timéo sait qu’il vient réaliser une jolie montée et retrouve son sourire perdu la veille. Dans la voie quatre, je l’avoue maintenant, j’avais assez peur d’une chute prématurée dans la première section dure mais notre athlète qui a retrouvé toute sa superbe grimpe avec une étonnante facilité jusqu’au fameux jeté où il se met à peine en place et s’élance vigoureusement, il attrape le bac puis gère le fort ballant, gratte une prise puis touche la suivante avant de tomber. Là encore Timéo a fait le job. Bravo ! Reste la voie cinq, le dernier effort du week-end, la dernière bataille dans laquelle il faut jeter ses dernières forces. Les placements fineaux du début ne le perturbent pas, il s’applique, passe lui aussi la section sur les volumes et à l’instar de Mélia et se retrouve dans les petites réglettes marquant les derniers mouvements. Bien que fatigué Timéo donne l’impression d’avoir encore de la ressource et au pied de la voie nous nous mettons à penser qu’il peut le faire. Dans un ultime effort il attrape l’avant-dernière prise puis, malheureusement, chute. Mais quel run ! En bas nous sommes simplement heureux, Timéo tu nous as fait vibrer ! Merci ! Il se hisse au 23 ème rang et au vu de la concurrence, ceci est une sacrée prestation !
 
 
C’est au tour de Mélia de clôturer sa compétition avec l’épreuve de vitesse. Ici pas de grande ambition et donc pas de stress, uniquement du plaisir. Elle se montre d’une surprenante régularité lors de ses trois premieres montées où elle réalise à chaque fois 9,7 secondes, la différence se faisant uniquement dans les centièmes. Le dernier chrono est un peu moins bon mais nous en avons cure. Mélia prend la 43 ème place de la discipline certes loin des cadors mais avec le sourire et là est bien l’essentiel.
 
Au classement général nous n’avons pas à rougir de nos jeunes Cagnois. Timéo s’octroie la 31ème place et Mélia la 28ème. Tout deux finissent dans la première moitié du tableau en ayant tous les deux péché dans une des disciplines ce qui laisse entrevoir une progression certaine. De plus, l’objectif (qui aurait paru lunaire il y a quelques mois) fixé en début de week-end est atteint. Bravo les jeunes vous avez été brillants ! Vous avez réussi à élever votre niveau, vous avez su vous dépasser et à donner le meilleur de vous-même. Vous nous avez vendu du rêve quoi ! Dans le jargon propre à l’escalade on dirait simplement que vous êtes des machines ! Je vous remercie pour ce séjour haut en couleur où vos parents et moi-même avons stressé et vibré peut-être autant que vous. Merci à Esteban aussi pour ses conseils et son agréable compagnie. C’était à tous notre premier championnat de France et nous avons tous beaucoup appris. Nous reviendrons plus fort l’an prochain et même si vous ferez partis des plus jeunes de votre future catégorie n’ayez crainte car, comme ma grand-mère aime à le répéter,  » Aux âmes bien nées, la valeur n’attend pas le nombre des années ».