Coupe de France de difficulté de Gémozac… ou comment gérer l’imprévu !

Le weekend dernier (2 et 3 avril) avait lieu la 2ème manche de la Coupe de France de difficulté pour les jeunes et les seniors, à Gémozac, petit village de Charente-Maritime (17), à plus de 900km de Nice.

C’était donc un déplacement bien loin et largement anticipé par le club, qui avait dû réserver les billets d’avion plusieurs mois à l’avance.

Nous étions 9 compétiteurs motivés pour cette manche, mais malheureusement Pierre s’étant blessé à Besançon, nous n’étions alors plus que 8 à partir :

– En U16 Lucas et Ethan

– En U18 Juliette et Mathis

– En U20 Lisa et Lenny

– En Senior Jules (Club de VDG) et moi (Roxane), à la fois compétiteurs, conducteurs des véhicules et accompagnateurs des jeunes pour le week-end, ça fait beaucoup de casquettes !

Après une organisation préalable (location logement et voitures, prise en compte du temps de trajet aéroport-logement-lieu de compétition) indispensable pour des gros déplacements comme celui-ci, tout a failli être remis en question lorsque vendredi 1er avril, jour du départ, vers midi, nous avons reçu un message d’Easyjet nous informant que notre avion de retour était tout simplement annulé !

C’est alors le branle-bas de combat dans le groupe Whattsapp des compétiteurs et des organisateurs, que fait-on ?? Mais il en faudra bien plus pour ternir notre motivation, nous décidons de tous y aller quand même, en espérant trouver une solution de retour le plus tôt possible car y’a école, quand même !

Pour le départ, c’est compliqué également. Notre avion est retardé de plus d’une heure, l’attente à l’aéroport se fait longue, ensuite à l’arrivée à Bordeaux il faut récupérer les véhicules de location et conduire plus d’1h20 pour arriver jusqu’au gîte à Gémozac. Nous arrivons donc très tardivement, peu avant minuit, et, pour les compétiteurs du lendemain la nuit s’annonce très courte, nous sommes toujours dans l’attente des ordres de passage, sachant que nous devions pointer entre 7h30 et 8h30 le lendemain matin. Vers minuit 30 nous découvrons les vidéos des démonstrations de nos 3 voies de qualification du lendemain (malheureusement elles ne sont pas publiées pour les U16, dommage Lucas et Ethan!).

Le lendemain, samedi 2 avril, premier jour de compétition, nous arrivons un peu enfarinés mais motivés comme jamais, à 8h pétantes, sur le lieu de la compétition. Le mur est haut et les voies semblent interminables, nous n’avons pas l’habitude vu les maigres SAE du 06 !

Nous découvrons les ordres de passage, assez rassurants car personne ne passe au début, ce qui nous laissera largement le temps de bien nous échauffer et d’observer attentivement nos concurrents dans les voies.

La formule pour cette coupe de France est : 3 voies de qualification flash suivie d’une voie de finale à vue pour les 8 meilleurs grimpeurs ayant été le plus haut dans les voies.

Ça se passe plutôt bien pour Ethan, qui tope ses 2 premières voies de qualification, et monte bien haut dans la 3ème, se classant alors 3ème de la compétition dans sa catégorie U16. Seul un grimpeur a sorti les 3 voies de qualification. C’est donc la finale assurée pour Ethan !

Pour sa première Coupe de France, Lucas doit patienter longuement car il passe dans les derniers ! Cela lui laisse bien le temps de s’échauffer et de regarder les autres grimpeurs. A son tour, il tope sa voie 1, mais tombe assez haut dans sa voie 2. Il grimpe également très bien dans sa voie 3, en montant haut et sans faire d’erreurs. Il est alors classé 12ème de la compétition sur 44, ce qui est très honorable pour une première coupe de France de difficulté, le niveau étant très relevé ! Lucas est resté concentré sans se faire déstabiliser par la pression de la compétition. Cela laisse présager un bel avenir.

Au tour de Jules, il tope sans difficulté sa voie 1, mais est victime d’un déséquilibre assez bas dans la voie 2… Quel dommage ! Peut-être un effet secondaire du Mac Do ? Qui sait…. Il avance bien dans la voie 3, en tombant assez haut. En séparant le classement des voies, Jules est 25ème dans la voie 2, et 6ème dans la voie 3. Il avait largement le niveau d’être qualifié en finale, mais les aléas de la compétition en ont décidé autrement ! Son classement final est 13ème sur 33 compétiteurs en Senior hommes.

A mon tour, je tope la voie 1 assez technique, avec beaucoup de micro-pieds en haut. La voie 2 passe également, malgré un crux sur 3 mauvais volumes et en haut de la voie. Pour la voie 3, je sais que l’intensité de l’effort sera tout autre, et qu’il faudra avancer sans faire d’erreur. Mais c’est davantage mon style, assez dévers, physique, avec des talons et même un petit genou… J’avance bien mais le lactique dans les avant-bras est de plus en plus prégnant, et je me rends compte que je ne peux plus lâcher une main pour clipper la dégaine… Je fais encore deux mouvements de plus, et c’est la chute. Cette bonne montée me classe 7ème et m’assure une place en finale, mon objectif du week-end, c’est parfait !

En milieu d’après-midi nous rentrons au gîte pour nous reposer loin du brouhaha de la compétition, afin d’être en forme pour les finales du soir. Le scrabble est l’activité parfaite pour le retour au calme !

Après la sieste, il faut réveiller à nouveau son corps et son esprit pour retrouver ses pleines capacités. Avec Ethan nous entrons dans l’isolement à 17h et nous commençons doucement à nous ré-échauffer. Ce n’est jamais évident de s’échauffer en isolement, nous sommes 8 finalistes de 4 catégories, soit 32 grimpeurs, dans une petite grotte avec peu de dévers et des prises vieillottes. On a vu pire, mais c’est toujours délicat. Ethan est plutôt détendu, et moi je m’active pour être sûre d’être bien échauffée.

J’emprunte même Antoine V., le coach de l’ES Massy (qui a été mon club pendant 10 ans), qui me fait une belle boucle de rési de force… Ca y est maintenant je suis sûre d’être échauffée !

Nous partons à la lecture. 6 minutes, pas une de plus. Ethan est déçu de sa voie, qui se trouve dans le léger dévers du mur de vitesse… Pas vraiment le style niçois ! Ça promet d’être technique, complexe et à méthodes.

Moi j’ai une voie violette 🙂 dans le dévers, ça me plaît. Sauf qu’il y a un jeté au milieu, après le rétablissement sur un volume on doit se retourner contre le mur et sauter sur un autre volume ! C’est impressionnant à la lecture, et ça nous prendra un bon moment pour déchiffrer ce qu’il faut faire… Je n’ai pas vraiment le temps de lire la toute fin de la voie, et je me dis que de toute façon je tomberais avant…

Place aux finales ! Ethan grimpe bien et est appliqué dans sa voie verte, alternant des plats lisses bi-texture et des volumes orientés à l’oblique… La pose des pieds doit être technique et précise ! Ethan chute aux 2/3 de la voie, en ayant bien grimpé tout de même ! Malheureusement il perd une place et se retrouve alors 4ème de la compétition. Si près du podium, mais c’est une très belle performance ! Aucun grimpeur de sa catégorie ne topera la voie de finale (le 1er aura fait 34+ et Ethan 27+).

En ce qui me concerne dans ma voie de finale, c’est bien plus déroulant que dans celle d’Ethan. Quelques mouvements physiques mais avec de bonnes prises, un rétablissement sur un gros volume, et j’arrive au jeté. Ce n’est pas très loin et c’est davantage pour impressionner le public que pour faire chuter les grimpeuses. Après le jeté, la traversée du volume sur les réglettes et sans prises de pieds entame bien les avant-bras ! Je me retrouve alors sous le dernier toit et je me dis que c’était pas prévu d’aller si haut et que je n’ai pas vraiment lu la suite ! J’essaie de m’adapter avec les avant-bras explosés, je fais encore deux mouvements à la sortie du toit, et c’est la chute, à 4 mouvements du bac final ! Je tombe au même mouvement que ma copine Léa de Massy, et me classe 8ème de la compétition.. J’aurais guère pu faire mieux, je suis contente. Dès la descente, je suis bien consciente que la voie est ‘facile’ pour une finale, et qu’il y aura plus d’une grimpeuse qui ira au top… En effet, la voie sera sortie 4 fois, c’est donc le classement issu de 3ème voie de qualification qui départagera les plus fortes. Pour les seniors hommes, c’est un peu la même histoire, sauf qu’étant 3 à avoir topé les 3 voies de qualification, ils seront départagés au temps sur la voie de finale. Dommage pour une compétition de difficulté !

Après un repas – pas des plus sains – partagé tous ensemble et une bonne revanche au Scrabble au gîte, il est temps de dormir avant la deuxième journée de compétition, place aux catégories U18 et U20 avec Lisa, Juliette, Lenny et Mathis.

Le dimanche, c’est un départ matinal pour Mathis et Lisa qui sont respectivement les 14ème et 18ème de leur vague à s’élancer. Ils seront rejoints peu après par Juliette et Lenny qui eux passeront plutôt en fin de vague.

Après un bon échauffement, Lisa est la première à s’élancer dans sa voie 1 en dalle, qu’elle tope sans trop de difficulté mais en étant quand même légèrement tendue. En parallèle, Mathis vient également au bout de sa  première voie en dalle, la même que celle des seniors femmes la veille. La voie 2 est pour les deux grimpeurs très rési et le mur est très long, on n’a pas l’habitude. Lisa tombe complètement pétée aux 3/4 de sa voie, déçue et en ayant ressenti de mauvaises sensations dans cette voie. Après 15 min de repos qui passent très vite elle repart dans sa dernière voie dans le même style que la précédente, et tombe à la moitié, alors qu’elle se battait depuis quelques paires déjà.

De son côté, Mathis signe une belle performance dans ses deux dernières voies, en se battant jusqu’au bout et en chutant plus haut que beaucoup d’autres compétiteurs, notamment dans la voie 3 où ça tombe de façon très précoce. Malheureusement, leurs résultats ne leur permettent pas de passer en finale puisque Lisa termine 16 ème, et Mathis 30 ème.

Peu de temps après, Juliette et Lenny finissent leur échauffement et sont prêts à attaquer leurs voies.

Juliette tombe à la fin de sa 1ère voie en dalle que moins de la moitié des concurrentes sortiront, dur dur pour une 1ère voie ! Elle parvient tout de même à rester bien dans sa compet en montant jusqu’au milieu de la voie 2 qui ne sera topée que par 5 cadettes, et en signant un beau run dans la voie 3 où ça tombe très bas pour nombre de grimpeuses. Elle termine ainsi 19ème chez les U16, un peu frustrée de ne pas avoir pu s’exprimer davantage sur les voies.

Après sa victoire à la 1ère étape de coupe de France à Thionville, Lenny est remonté à bloc et espère bien accéder une nouvelle fois à la finale. Tout commence bien pour lui puisqu’il tope sa 1ère voie sans difficulté. Malheureusement ça se gâte sur la voie 2 où il chute avant la fin sur un mouvement en paume. Du coup c’est plus dur niveau mental sur la 3 et il ne parviendra pas à se hisser à son meilleur niveau. Il finit 18ème chez les U20, forcément déçu par rapport à ses objectifs, mais c’est le jeu de la compétition… Et il y en a d’autres à venir !

Comme il n’y avait aucun grimpeur de l’USC en finale le dimanche, le groupe s’est une fois de plus séparé en deux team, celle des fatigués qui se dirigent en direction de l’hôtel à Bordeaux, et celle des infatigables qui ont souhaité rester pour les finales, en faisant évidemment le 3ème détour du week end au McDo. Tout le monde se rejoint à l’Ibis le soir, et un petit groupe part manger au japonais à volonté pour clôturer la journée.

Le vol retour ayant été reporté au lundi soir, la team est allée faire une séance de rési à Climb Up Mérignac, histoire de réconforter les jeunes déçus de rater une journée de cours.

Deux équipes se forment : une décide de dormir le matin et de rejoindre la salle à midi, la seconde opte pour une séance un peu plus longue en y allant le matin.

L’ensemble de l’équipe profite des voies jusqu’à 16h puis termine cette journée par un peu de bloc.

Nous rejoignons enfin l’aéroport pour prendre le vol retour vers la Côte d’Azur après ces 3 jours bien remplis.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.